Football Féminin : Floriane Afoutou, vers la réalisation de ses objectifs

Floriane Afoutou et le football féminin au Bénin

Depuis l’avènement du comité exécutif dirigé par Mathurin de CHACUS, le football des femmes a connu une révolution considérable. Autrefois, reléguée au second plan, cette discipline s’est métamorphosée avec plusieurs compétitions organisées en l’espace d’un an.

Floriane Afoutou droite dans ses bottes

Tant qu’il reste à faire rien n’est fait. Mais il est important de tirer un coup de chapeau à la Présidente Floriane Afoutou qui fait un travail de main de maître pour atteindre les objectifs et redorer le blason à ce football des filles. Un football rendu difficile par nos rites et cultures traditionnelles . Tel un avenir radieux à l’ombrage avec de douces et tendres mélodies, signe de pure féminité, les filles footballeuses feront montre et ce football pourra nourrir son être !

Tant de temps d’attente et d’espoirs! Tant de déterminations sans gain de cause ! Tellement elles ont voulu s’exprimer comme les hommes sur d’autres installations pour révéler leur savoir faire. Tout est en de bonnes voies pour que ce rêve devienne réalité. Les férus du cuir rond qui ont effectué le déplacement des différents stades au cours des différentes compétitions à l’endroit des filles à l’intérieur du pays, se sont rendus compte de la disponibilité d’un terreau fertile pour l’envol de cette discipline au Bénin.

Dame Afoutou, une chance pour la commission

Dame Afoutou

Elle n’est pas un talisman. Encore moins une amulette. Mais sa riche et longue expérience dans les sérails du football constitue une aubaine pour les filles. Pour preuve, elle vient d’être désignée par la FIFA pour officier en Guinée-Équatoriale en tant que Commissaire au match. Mieux, au sujet des jérémiades enregistrées ça et là, la Présidente n’a fait que respecter la feuille de route tracée au sein de la commission. Comme le dirait l’autre  » l’obéissance aux lois qu’on s’est prescrites est liberté « . Elle n’a fait que s’aligner derrière les propositions de ses pairs de la commission et a voulu aller jusqu’au bout quoi que cela puisse lui coûter.

Sous son impulsion, plusieurs jeunes filles se sont révélées

Aucune œuvre humaine n’est parfaite. L’expérience a montré que les bons diseurs ou les bons donneurs de leçons, s’exécutent très rarement. Il faut d’énormes sacrifices et un résultat probant pour que les uns et les autres s’accaparent le fruit de votre savoir-faire et de votre ferme détermination.

Certes, elle reconnait que dans l’exercice de ses prérogatives, il y a eu beaucoup d’incompris et il y en a toujours. Car pour ceux-ci, c’est presqu’une utopie de croire à un bel envol du football féminin sous notre ciel. Néanmoins, dame Afoutou, la tête haute, croit fermement en son travail. Mieux, elle est persuadée que ceux qui n’y croient, finiront tôt ou tard à rattraper l’un des wagons du train en marche.

Le jour où l’oiseau qui apprend à voler sent qu’il est prêt, il fait le tour du monde avec satisfecit.


Source: 90mnfoot

Partager sur les réseaux sociaux